Les communes enterrent l’utilisation des pesticides



Lorsqu’une commune décide d’abandonner l’usage des pesticides pour l’entretien de ses espaces publics, le stade et le cimetière sont les 2 lieux où se concentrent les difficultés : intolérance de certaines familles aux herbes folles dans ce lieu de recueillement, exigences techniques des fédérations sportives sur la qualité des carrés d’herbes ; bref, un vrai casse-tête.

Pour accompagner les communes dans cet objectif zéro pesticide, le SMAGGA organisait, le 31 mars 2017 à Grigny, une matinée technique à destination des élus et des services municipaux sur le thème de l’entretien dans les cimetières.

Retour d'expériences

A cette occasion, 4 communes ont apporté leur témoignage :
- A Soucieu-en-Jarrest, la commune a opté pour la réalisation d’une noue engazonnée sur une allée de son cimetière, ainsi que la reprise de la totalité des allées en gore blanc,
- A Messimy, la solution de l’hydromulching (projection de graines et de cellulose) a permis d’enherber des allées jusqu’alors recouvertes de gore rouge,
- A Brignais, la ville a opté pour la mise en place d’une allée centrale en béton bordée de structures alvéolaires engazonnées,
- A Grigny, un mélange de gazon et de trèfle a été semé sur les allées gravillonnées pour recouvrir progressivement le minéral.

A la clé de ces aménagements : moins de tontes annuelles, pas d’achat de pesticide. Soit de bonnes économies pour le porte-monnaie.

Des résultats encourageants

Sur les 25 communes du bassin versant du Garon (les communes de St-Sorlin, St-Maurice-sur-Dargoire et St-Didier-sous-Riverie s’étant regroupées depuis début 2017), 20 ont déjà signé la charte « Zéro pesticide dans nos villes et villages », les autres y réfléchissent. Cette belle dynamique a été amplifiée par la loi Labbé qui interdit l’usage des pesticides par les communes depuis le 1er janvier 2017 et l’interdira aux particuliers à l’horizon 2019. « Cette charte est plus restrictive que la loi Labbé. Elle engage les communes signataires à se passer de pesticides, y compris sur les terrains de sport et dans les cimetières », précise Sophie Vallon, chargée du pilotage de la charte à la FREDON Rhône-Alpes (Fédération Régionale de lutte et de Défense contre les Organismes Nuisibles).

Depuis les premières signatures de la charte en 2013, les résultats sont plutôt encourageants, comme en témoignent les relevés de la station de mesures des pollutions installée sur le Garon à Brignais. « Les quantités de glyphosates retrouvés sont en baisse. Les actions menées par le SMAGGA auprès des communes, des jardiniers amateurs et des agriculteurs commencent à porter leur fruit », indique Frédéric Augier, animateur qualité de l’eau au syndicat de rivière. « Les populations sont de plus en plus sensibilisées à la problématique pesticides. On sent que le sujet ne laisse pas indifférent et qu’une prise de conscience générale est en marche. Notre rôle est d’accompagner la démarche en l’expliquant aux habitants », souligne Paul Minssieux, Président du SMAGGA.

Téléchargez le guide édité par le le Ministère de l'environnement, de l'énergie et de la mer "Ma commune sans pesticide - Le guide des solutions"

Retrouvez les présentations et les témoignages de la matinée :

journee_d__echange_grigny_cimetieres.pdf Journee d'echange Grigny cimetieres.pdf  (5.42 Mo)


Vendredi 7 Avril 2017